L’argile-kapok c’est bien l’argile-coton c’est mieux …hum en attendant l’argile-lin !

7 février 2009

Et oui … souvenez vous de l’article concernant le kapok :

Le papier possède des fibres de 1mm de long…bof …. le coton 15 à 45mm !!!! hum … beaucoup mieux non !
Où trouver du coton cardé ? entre autre en pharmacie bien sur ! ….
Mais mettons cela de coté pour l’instant … mais juste pour l’instant, cf le prochain article

D’autres fibres existent! : le chanvre 10 à 40 mm
le lin 10 à 50 mm
le kapok 15 à 30 mm

Et bien j’ai trouver très facilement du coton cardé en pharmacie …

Mais tout d’abord on va se mettre d’accord sur un peu de vocabulaire. Je nommerai :

De l’argile mélangée à du papier _______________________________ Terre-papier ou Argile-papier

De l’argile mélangée à du kapok ou du coton ou du lin _____________Terre-kapok Terre-coton ou Terre-lin ou … Argile-kapok …

De l’argile mélangée à du papier et du kapok du coton ou du lin _____Terre-papier-kapok Terre-papier-coton … Argile..

- Quand je donne des pourcentages je parle toujours en poids. Par exemple : de la terre-papier15%-coton0,2% correspond à un mélange de 1kg d’argile sèche + 150gr de papier +2gr de coton cardé

- Concernant les mélanges : la plupart du temps même si je parle de % relatifs à de l’argile sèche je pèse de l’argile à la consistance du modelage en calculant que cette dernière est à environ 25% d’humidité . Pour 1kg d’argile sèche je pèse en réalité 1,250kg d’argile.

- Attention ! le kapok tout comme le coton se mélangent très mal à de l’argile si elle est sous forme de barbotine . Le degré de « dureté » ou de « plasticité » de l’argile joue un rôle important pour aider les fibres à se disperser dans l’argile.
Donc à de l’argile à consistance de modelage j’ajoute un peu d’eau , juste pour que l’argile devienne un peu collante, ce avant d’ajouter les fibres.

J’ai commencé à tester le coton cardé de la même façon que j’ai testé le kapok .

Mes premières observations :

Mélanger du coton cardé : à de l’argile semble être plus facile : le coton s’agglutine moins en amas de fibres ce qui présage un meilleurs comportement à la cuisson.
à de la terre-papier : il y a plus d’aggloméras de cotons . Peux être alors vaut-il mieux mélanger tout d’abord le coton à l’argile puis au papier.

L’argile-coton0,5% a une cohésion très importante et nettement supérieure à L’argile-kapok0,5% qui est déjà remarquable.

Fabriquer des plaques fines avec de l’argile-coton ou de l’argile-papier-coton est tout aussi aisé qu’avec le kapok

Photos d’une poignée d’argile-coton 0,5% déchirée qui révèle la longueur des fibres :

p1000722.jpg

p1000720.jpg

Je suis très curieux d’expériemnté le lin, d’autant plus que la terre-lin ou la terre-papier-lin existe déjà :  » Flax paper clay  »

On peut trouver du lin ici : http://www.colpaert-ceramic.be/produits.php?langue=french&cle_menus=1186151301
Mais les frais de port sont importants et surtout … car j’en ai acheté : les fibres sont hachées menu menu ! elles font moins de 1mm de long ! donc exit Colpaert !

Il y a peut-être ici ( à vérifier) : http://blog.legrenierdulin.com/category/NOS-ARTICLES

a suivre ….

Encore plus fort que l’argile cellulose : l’argile-kapok !

29 janvier 2009

La qualité, les propriétés de l’argile cellulose outre la concentration en cellulose dépendent … de la longueur des fibres employées !

Plus les fibres seront longues plus vous pourrez travailler sur des plaques fines et plastics !!! J’ai fabriquer des plaques de 60 cm par 50 cm de 1 mm d’épais aussi souples que du tissu !!! , et en plus c’est super résistant !

Dans les liens cités je parle de Jerry Bennet qui travaille avec des fibres de coton.
Dans sons livre « La terre papier » Liliane Tardio-Brise parle brièvement d’argile cellulose fabriquée à partir de coton : pièces très fines crées par Carol Farrow.
On vend aussi de l’argile cellulose contenant du lin : le Flax paper-clay .

Le papier possède des fibres de 1mm de long…bof …. le coton 15 à 45mm !!!! hum … beaucoup mieux non !
Où trouver du coton cardé ? entre autre en pharmacie bien sur ! ….
Mais mettons cela de coté pour l’instant … mais juste pour l’instant, cf le prochain article

D’autres fibres existent! : le chanvre 10 à 40 mm
le lin 10 à 50 mm
le kapok 15 à 30 mm

Hum … kapok ai-je dis … ça ne vous dis rien ? on s’en sert pour bourrer les coussins . C’est issu d’un arbre le Kapotier ou Kapokier . Ce sont des fibres ultra légères : densité six fois plus faible que le coton !!! de plus elles sont imputrescibles.

Quelques liens :

http://www.meyer-hosen.com/assets/kapok/Kapok_Folder_165x165_5c_FR.indd.pdf

http://www.meyer-hosen.com/kapok

http://www.coudre-broder-tricoter.com/ameublement/kapok.asp

http://www.chin-mudra.com/liste.php?cat=319&d=Kapok

http://plantes-a-fibres.goum.info/index.php?option=com_content&view=article&id=1478:le-kapok&catid=113:les-plantes-a-fibres&Itemid=100079

QUelques extraits du dernier lien :

PLUS LÉGER QUE LE COTON
D’une densité de 0,35 g/cm3, le kapok est considéré comme la fi bre naturelle la
plus légère du monde. Pour cette raison, on a longtemps cru qu’on ne pouvait
pas fi ler ces fi bres, qu’un souffl e de vent suffi t à faire s’envoler.

Depuis des siècles déjà, le kapok est utilisé en raison de ses excellentes
propriétés anti-allergiques, notamment pour le rembourrage des coussins.
ORIGINE
Le kapok est considéré dans de nombreux pays comme une plante sacrée. Les Mayas, qui voient
dans le kapokier l’« arbre-mère de l‘humanité », l’ont toujours préservé lorsqu’ils déboisaient la
forêt tropicale. Apprécié pour son ombrage, il occupe souvent le centre des places dans les villes
et villages d‘Amérique centrale. Le kapokier (Ceiba pentandra) joue un grand rôle dans la culture
des Mayas, qui le considèrent comme sacré.

PROPRIÉTÉS DU KAPOK
Le kapok est particulièrement recommandé pour les allergiques,
sa fibre contenant une substance amère à action antibactérienne et
antimicrobienne. Il est entièrement inodore. Aucune réaction allergique
n’a été enregistrée à ce jour.
Le kapok est une fi bre creuse de 2 à 4 cm de longueur, avec environ
80 % d’inclusion d’air, ce qui lui confère une propriété thermorégulatrice
naturelle. Cette structure en fait également une fibre
respirante.

Après avoir été exposée à l’eau, la fi bre sèche rapidement et retrouve ses propriétés d’origine.
Elle absorbe parfaitement l’humidité, présente un excellent pouvoir isothermique et s’entretient
facilement.

On notera tout de même que le lin (flax en Anglais) possède les fibres les plus longues (50mm) mais aussi des fibres courtes (10mm) … si vous savez où trouver du lin cardé n’hésitez pas à m’en informer … je pense que le lin doit donner des résultats très interressants…

Mais revenons au Kapok qui pour l’instant me semble le plus simple à trouver ….le kapok on le trouve chez des marchands de tissu ou des tapissiers . Attention de bien prendre du kapok naturel ! et pas de la mousse qu’on appelle aussi kapok !
En poids sec j’ai utilisé 0,1 à 0,7 % de Kapok . Le kapok change très vite la plasticité de l’argile!. J’en ai même ajouté à de l’argile cellulose trop chargée en cellulose-papier donc peu plastic, le résultat est stupéfiant !!!!

Attention inutile de mouiller le kapok, n’essayez pas non plus de l’ajouter avec un mixeur c’est la catastrophe assurée : les fibres très longues s’agglutinent autour du mixeur qu’elles bloquent. Il faut ajouter peu à peu manuellement le kapok à une barbotine épaisse (en tout cas c’est ainsi que je procède..si vous avez mieux je suis preneur).

La différence entre l’argile-cellulose-Kapok et l’argile-cellulose-papier est ENORME ! encore bien plus importante qu’entre l’argile normale et l’argile-cellulose classique !

Stupéfiant de l’argile cellulose à 20% de papier à laquelle j’ai rajouté 0,5 % de kapok reste flexible et utilisable en plaque fine de 1mm d’epais ! D’accord il commence à y avoir une perte de cohésion décelable ..mais… et si je rajoute encore un peu plus de Kapok …?
En tout cas Liliane Tardio Brise considère qu’au delà de 10% de papier on parle plus de papier mâché que d’argile-cellulose. Il est vrai que au delà de 10% de papier soit environ 50% en volume la plasticité est terriblement altérée.
Evidemment plus on monte en % de papier plus la cuisson devient …irréaliste : pièces friables… mais plus la pièce crue est légère et solide.

Quelques photos …pour l’instant de pièces crues :

Les proportions sont indiquées en poids par rapport à un poids d’argile sèche.
Par exemple :
De l’argile cellulose à 15 % de cellulose (papier journal) plus 0,5% de kapok signifie que pour 1kg de terre sèche j’ai ajouté 150 gr de papier et 5 gr de Kapok.

Avec du gré type raku donc très chargé en chamotte :

Deux petites vidéo ici :

De l’argile cellulose à 20 % et 15% de cellulose (papier journal) plus 0,5% de kapok ! incroyablement flexible.


Une petite démo de modelage avec l’argile cellulose à 20% (papier journal) plus 0,5% de kapok

De l’argile cellulose à 15 % de cellulose (papier journal) plus 0,5% de kapok ! incroyablement flexible cohésion tout à fait correct ! :

rouleau151p1000695.jpg

rouleau152p1000696.jpg

rouleau153p1000698.jpg

Un vase en argile cellulose à 3% de papier et 0,3 % de Kapok :

vase1p1000687.jpg

Deux chiens sur armature en fil de fer (juste avec 0,5 % de Kapok)

chien2p1000690.jpg

Une terre quelconque trop chargé en cellulose à laquelle j’ai rajouté 0,5 % de kapok (femme sur armature) la chaise est en Porcelaine de coulage avec 0,5% de Kapok

femmeassisep1000702.jpg

Porcelaine de coulage avec 0,5% de Kapok sur armature :

hommevincip1000705.jpg

Porcelaine de coulage avec 0,5% de Kapok :

p1000700.jpg

Un début de chaise et hommes sur armatures :

chaiseetperso2p1000692.jpg

Un four en argile cellulose… suite: un four de 35l.

1 septembre 2006

Le four de 35l FONCTIONNE!
et oui,rien qu’avec du charbon de bois et en pulsant de l’air avec un décapeur thermique je suis monté à 1050°C en 2h. Je me suis arrêté à 1050°C car les pièces contenues dans le four n’auraient pas supportés. Je pense que l’on peut monter bien plus rapidement en température (même s’il vaut mieux au contraire monter bien plus lentement avec les argiles classiques ou même Raku). La première heure et en dessous de 400°C j’ai volontairement ralenti la vitesse de monté, mais après…Le four était un peu humide ; Il n’y avait pas assez d’oxygène (ou trop de charbon) ; c’était la première cuisson donc un partie du four a brûlé ;Tout cela a du ralentir la vitesse de montée en température.

Pour mes prochains essais je mettrais moins de charbon et je tenterai de pulser l’air avec un aspirateur monté à l’envers (plus grand débit d’air)

Pour isoler le couvercle du sable a suffi. Pour le four de 8l une ceinture d’argile placée en extérieur a suffi aussi. 

Photos ci-dessous

Vue d’ensemble du four

P1010124.JPG

Ca chauffe!! Mais malgré les 1050°C la paroi extèrieure est à peine à 35°C, pour à peine 5 à 8cm d’isolant!

P1010150.JPG

Et ouvert à 1000°C les parois sont plutôt rouges. On peut aussi voir le sable.

P1010159.JPG

Idem

P1010162.JPG

Quelques pièces faites par des handicapés en argile cellulose. Le « vase » est fait en terre de coulage (cellulose). Le four aurait pu contenir bien plus de pièces mais c’était un petit essai.

P1010172.JPG

L’excès de charbon « neutralisé » avec de l’eau. On voit le four refroidis.

P1010173.JPG

Un four en argile cellulose de 1l et de 8l

21 juillet 2006

Four de 8l avant cuissonfourac-5.jpgfour-1.jpgfourac-6.jpgfourac-7.jpgfourac-8.jpg

 

Cherchant à construire un four en évitant l’emploi de fibres céramique toxiques ou non-toxiques, ce, avec le budget le plus petit possible, j’ai eu l’idée d’utiliser l’argile cellulose (ou plutôt la cellulose-argile!) comme isolant thermique.
Partant du principe que les « bulles » d’air prisonnières dans un matériau rendent ce dernier isolant, ou en tout cas améliorent considérablement l’isolation (polystyrène, béton cellulaire, monomur, briques réfractaires…)j ‘ai fabriqué de l’argile cellulose à 40% (poids sec) de cellulose. Par exemple pour faire le four de 8l (photos ci-dessus) j’ai utilisé 9kg de terre à grès chamotté fin et 6kg de papier. En volume ça fait environ un volume de barbotine pour 4 volumes de papier, ce qui est énorme. Vous avez l’impression d’avoir du papier légèrement imprégné d’argile
Un premier essai sur un micro four de 1l a été très concluant.
Mode de production de la chaleur. Le principe est celui du four Raket décrit dans le livre Rakuvaria: le charbon entoure la ou les pièces à chauffer. L’air, ici est injectée par un décapeur thermique. Le four de 1l monte très rapidement (en moins de 5min) à plus de 1200°C.
Le deuxième essai, un four de 8l dont voici les photos ci-dessus lors de la première cuisson.
Nb: sur quelques photos on aperçoit des colombins écrases sur le dessus du four. Je les est mis pour tenter de colmater les fuites de chaleur, mais il faut l’avouer sans grands succès.

Le troisième essai en cours est un four de 35l qui pèsera une fois l’eau évaporée 35kg.

Le four de 8l a atteints les 1070°C en moins de 1h.

Les problèmes qui émergent pour l’instant sont :

L’élaboration de ce matériau qui demande, soit d’avoir un fournisseur de cellulose, soit d’avoir un bon mixeur industriel, car broyer 6kg de papier ne va pas de soit. De plus, après il faut les mélanger à l’argile préalablement transformée en barbotine.

Le temps de séchage: Une fois les plaques (faces, fonds…) construites il faut les faire sécher. Il vaut mieux qu’elles rentrent dans un four à chaleur tournante sinon vous en avez pour quelques semaines!

Une fois le four construit. L’étanchéité de la porte (sommet du four) est problématique, on le voit bien sur une des photos.
Comme solution? Faire un four cloche me semble difficilement envisageable : un four de 35l pèse 35kg.
Comment faire? pour l’instant je n’ai pas la solution. Peut-être mettre une couche de sable pour colmater les fuites?

Autre problème: la longévité du four. Des la première cuisson on voit quelques fissures dans le four. Elles peuvent se colmater facilement avec de l’argile cellulose, mais il faut tester sur la durée. La fragilité manifeste du matériau ne m’effraye pas: les briques réfractaires sont elles aussi très fragiles.

Lors de la première chauffe le four fume pas mal. Évidemment la cellulose brûle! mais pas toute. J’ai constaté qu’elle ne brûle que sur un demi voir un centimètre d’épaisseur. Après le papier semble rester en l’état. Comme quoi, ça isole correctement!

Par contre les problèmes de conceptions sont considérablement allégés sur un four de 1 l à cause des faibles quantités de matériaux nécessaires: 1kg200 de terre pour 800gr de papier. C’est ce que j’ai utilisé, mais j’étais un peu juste. Rajoutez 500gr de terre et la masse de papier correspondante pour avoir une épaisseur supérieur à 2 ou 3cm d’isolant!

Quelques liens

9 juin 2006

Tout d’abord le seul livre en Français parlant (et avec une grande rigueur)de l’argile cellulose : « La terre-Papier » Techniques et création chez Eyrolles de Liliane Tardio-Brise . Avec son site : http://www.terrepapier.com/livre-terre-papier.htm

Un article très intéressant à lire absolument : http://pagesperso-orange.fr/smart2000 de Piet Reijnen sur la fibrargile

Concernant la préparation de l’argile cellulose : http://www.art-logic.info/annecy/Argile-cellulosique-Fabrication-et

Un artiste Jerry Bennett utilise à la place de la cellulose de bois, de la cellulose de coton. Cette nouvelle formule semble apporter de nouveaux avantages. Voici le lien : http://paperclay.blogspot.com/

Des experts en paperclay : http://www.grahamhay.com.au/paperclayartists.html

Le premier symposium : http://www.icshu.org/air/2004/pclay/paperclay.htm

Un site Anglais ou on peut acheter de la cellulose (je n’ai pas testé) : http://www.paperclay.co.uk/pricesfr.htm

La liste des fabriquants de papier et donc de cellulose en France : http://www.copacel.fr/Francais.htm . Petite remarque: les deux fabriquants près de chez moi refusent absolument de me vendre de la cellulose. Donc à vous de tenter votre chance.

De l’isolant cellulose en vrac (je n’ai pas encore testé) : http://www.domus-materiaux.fr/doc/article/FT%20TFM%20THERMOFLOC%20MACHINE%20MARS%202006.pdf

Quelques forums ou l’on en parle sur ceramique.com : http://www.ceramique.biz/ceramforum/forum.php
 

 

Pourquoi l’argile cellulose?

9 juin 2006

Bonjour,
L’argile cellulose est surtout connue en Australie, en Amérique ou en Angleterre, mais très peu en France. Il y a pas mal de sites étrangers qui en parlent, il y a quelques livres, toujours en Anglais, mais rien en Français à part quelques forums ponctuels.
L’argile cellulose est connue depuis une quinzaine d’année. On mélange 10% à 50% en volume de cellulose imbibée d’eau (papier journal, papier toilette réduits à l’état de pulpe homogène ou …quelques surprises vous attendent si vous lisez mon article « Plus fort que l’argile cellulose : l’argile cellulose ! » ) avec de l’argile sous forme de barbotine. Puis on élimine l’excédent d’eau.

Pour être plus précis on peut mesurer en poids de matière sèche l’argile et la cellulose, ce qui rends le travail parfaitement reproductible: l’argile cellulose vendue dans le commerce est à 3% de cellulose. C’est à dire que l’on pèse 3 grammes de papier et 100 grammes d’argile sèche que l’on mélange après avoir rajouter de l’eau et mixer séparément
On considère alors que l’argile cellulose peut contenir entre 1 et 10% de cellulose (poids sec). Sachant que à partir de 5% la perte de plasticité devient importante.

Ce mélange particulier offre de nouvelles propriètés surprenantes, voire révolutionnaires. En exposant peu à peu mes expèriences et connaissances et en vous invitant à en faire de mème j’espere contribuer à faire sortir un peu de l’ombre ce nouveau médium.

L’argile cellulose sèche est bien plus solide que l’argile classique. A l’inverse lorsqu’elle est cuite elle l’est un peu moins.

L’argile cellulose d’après les “experts” ne se rétracte pas, ni au séchage, ni à la cuisson. Moi j’observe un taux de retraction qui semble invariable  de 2,5% au séchage.

Avec l’argile cellulose on peut travailler sur les pièces sèches, les réumidifier ou coller deux partes sèches ensemble avec de la barbotine. Le travail peut toujours être poursuivi.

Il parait que l’on peut reprendre une pièce déjà cuite, rajouter de l’argile cellulose crue, puis on refaire cuire l’ensemble!

L’argile cellulose est extrèmement résistante aux chocs thermiques. Ce qui veut dire que les cuissons peuvent être menées bien plus rapidement que pour une pièce classique. On peut même accélérer le séchage avec un décapeur thermique.

Bien sur l’argile cellulose peut être emaillée tout comme une pièce en argile normale. Plus encore, étant donné sa résistance aux chocs thermiques elle peut subir des cuissons raku.